Jeudi 28 avril 4 28 /04 /Avr 22:06

A la mémoire de Jean Le Bitoux
 
21 avril 2010





CE SITE EST EN COURS DE CONSTRUCTION
THIS SITE IS UNDER CONSTRUCTION


Histoire d'une déportation évincée

Ces pages sont consacrées à un thème jusqu'à très récemment écarté des livres d'histoire, de la mémoire collective et de l'iconographie officielle de l'univers concentrationnaire, celui de la persécution par les nazis de centaines de milliers d'individus et de la mise à mort de dizaines de milliers d'entre eux en raison de leur seule orientation sexuelle.

Une gangrène sociale

Dans l'Allemagne nazie, le 8 mars 1933, les premiers camps de concentration ouvrent leurs portes. Berlin, qui était considéré comme la capitale de la liberté homosexuelle, devient le théâtre d'une active répression : les boîtes de nuit, les lieux de rencontre, les cafés et les bars homosexuels sont fermés, et les hommes qui les fréquentaient sont arrêtés, incarcérés ou déportés. Les nazis ont entrepris de purifier l'Allemagne de ce qu'ils considèrent comme une gangrène sociale.

Les homosexuels arrêtés pour infraction au paragraphe 175 du Code pénal allemand qui réprime les relations "contre nature" entre hommes sont soit incarcérés soit transférés vers des camps de concentration. Bon nombre d'entre eux sont placés en détention au terme d'une décision administrative et non judiciaire. Plus tard, une fois le régime installé, certains homosexuels découverts au sein de l'armée, de l'administration ou autres corps d'élite nazis seront exécutés sans autre forme de procès.

L'objectif des nazis n'est pas, comme dans le cas d'autres minorités, d'exterminer les homosexuels. Il s'agit fondamentalement de modifier par le chantage, la contrainte et la force si nécessaire le comportement d'asociaux incapables de procréer et susceptibles, parce qu'intrinsèquement corrupteurs, de détourner la jeunesse du Reich de sa mission "historique" : la guerre et la conquête d'un espace vital à l'Est.

Pour parvenir à cette fin, la science elle-même est mise à contribution. De nombreuses expériences "médicales", parmi lesquelles des castrations par exposition aux rayons X, des implantations de glandes synthétiques, seront effectuées sur les déportés homosexuels dans le but de les ramener à la normalité. En 1939, le Reichsführer S.S. Heinrich Himmler, principal artisan de la chasse aux "invertis", autorise les commandants de camp à faire pratiquer des castrations sur les détenus homosexuels. Beaucoup mourront des suites de ces interventions.

Triangles roses

Dans les camps nazis, les déportés homosexuels doivent porter un triangle rose, pointe tournée vers le bas, qui les identifie comme tels. La hiérarchie concentrationnaire les place au plus bas de l'échelle sociale des camps, ce qui ne leur permet guère d'entretenir des relations d'entraide avec les autres déportés et d'améliorer ainsi leurs chances de survie. Victimes expiatoires toutes désignées puisque déjà mises au ban de la société non carcérale, les homosexuels sont, à l'instar des Tziganes, astreints aux travaux les plus durs et les plus dégradants. De fait, statistiquement, le taux de mortalité de ces déportés figure parmi les plus élevés des camps.

A la fin de l'année 1944, les premiers camps sont libérés par les Alliés. L'extrême confusion qui règne alors en Europe et l'amalgame fait autour du phénomène concentrationnaire laissent présager des difficultés auxquelles les déportés homosexuels vont être confrontés pour faire admettre leur statut de victimes du nazisme. Pour beaucoup d'entre eux, en effet, le retour à la liberté s'accompagne d'une autocensure justifiée par une législation hostile toujours en vigueur (parfois héritée des régimes totalitaires tout juste défunts, comme en France) et la difficulté sociale, familiale ou professionnelle de divulguer le motif véritable de leur déportation.

Une question "qui n'existe pas"

Après la guerre, la très grande majorité des déportés homosexuels a disparu dans l'anonymat. L'absence de reconnaissance officielle de cette déportation spécifique, l'absence jusque dans les années soixante-dix d'un militantisme homosexuel constitué, le silence des intellectuels et le peu d'intérêt des chercheurs et des historiens pour "une question qui n'existe pas" ont longtemps occulté une réalité qui s'est peu à peu estompée dans la mémoire collective.

En France, en 1982, Pierre Seel, confronté une nouvelle fois à l'homophobie des institutions, décide de "rompre le silence" et de témoigner de sa douloureuse expérience de déporté homosexuel. Trente ans après les faits, sous le pseudonyme d'Heinz Heger, un Autrichien avait décrit lui aussi "l'envers de la légende des camps" dans un livre qui remettait en question la vision traditionnelle de la déportation.

Quelques mois plus tôt, "Bent", une pièce écrite par Martin Sherman, juif et homosexuel, avait abordé pour la première fois sur la scène d'un théâtre londonien les tortures infligées à ces deux minorités. Jouée à Broadway et à Paris, la pièce montre une réalité jusqu'alors écartée de l'iconographie officielle des camps de déportés.

Alors quel souvenir entretient-on aujourd'hui ?

Les déportés se fondent-ils tous dans un même creuset de souffrance et de persécution ? Sont-ils tous également victimes d'une même barbarie ou, comme le souligne un philosophe, "subsiste-t-il entre les différentes catégories de détenus quelque chose de la structure totalitaire de ce qu'étaient les camps de concentration nazis ?".

Pendant des années, les homosexuels qui souhaitaient rendre hommage à leurs aînés morts en déportation ont été tenus à l'écart des manifestations officielles. A plusieurs occasions, leurs gerbes ont même été piétinées par des délégations d'anciens déportés. Aujourd'hui encore, lors des commémorations de la Journée nationale du souvenir, les associations homosexuelles doivent, dans le meilleur des cas et à quelques exceptions près, se contenter d'un mince strapontin. Leurs dépôts de gerbe sont le plus souvent dissociés de la cérémonie principale. A Paris, cette cérémonie "subalterne" n'est autorisée qu'après le départ des invités officiels, des représentants des autorités et de la Garde républicaine...

Une déportation ignominieuse

De nombreuses associations militent aujourd'hui dans le monde pour que les mêmes raisons homophobes n'emportent pas à tout jamais le témoignage des oubliés de l'Histoire que sont les déportés homosexuels. Parallèlement, des chercheurs, des historiens ont exhumé des archives et des documents, et avancé des chiffres. Selon le United States Holocaust Memorial de Washington, le nombre total des homosexuels arrêtés entre 1933 et 1945 se situe entre quatre-vingt-dix mille et cent mille. Dix à quinze mille d'entre eux ont péri dans l'univers carcéral et concentrationnaire nazi. Ces chiffres, bien évidemment, ne sont que des estimations.

Les déportés homosexuels qui sont rentrés des camps ont, quant à eux, gardé le silence. Faut-il considérer comme digne de mémoire et de respect la déportation des uns et comme ignominieuse la déportation des autres ?

Le silence qui entoure la déportation des homosexuels, comme celle des Tziganes, des francs-maçons, des malades mentaux, des handicapés, des témoins de Jéhovah, peut laisser croire à une approbation tacite, et cette désagréable impression demeurera tant que persistera cette occultation sélective de la mémoire officielle qui continue d'imposer l'indifférence.

Aujourd'hui, les travaux menés sur la déportation homosexuelle ne doivent pas servir à dresser une comptabilité répertoriant les déportés par catégorie, à hiérarchiser les victimes en fonction de leur nombre ou de leur spécificité. L'oeuvre de mémoire doit être collective, ouverte, indivisible.

A l'aube d'un millénaire qui voit renaître les passions nationalistes, les discours d'exclusion, les actes homophobes et les appels à l'intolérance, il est indispensable de rappeler ce qui a été, de ne laisser subsister aucune zone d'ombre d'où germeront les futures entreprises maléfiques issues de notre aveuglement.

Les auteurs du site, mars 1999
Par FBI (France Bisexualité Info) - Publié dans : déportation homosexuelle
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

  • : FBI (France Bisexualité Info)
  • FBI (France Bisexualité Info)
  • : amateur gay couple Amateur
  • : FBI un blog militant sur et pour la Bisexualité (c'est un blog bisex, bisexuel, bisexuelle, bisexual... bref bi)fait par des bisexuel(le)s, avec des bisexuel(le)s, pour des bisexuel(le)s mais aussi pour tous les sympathisants, interessés ou curieux de de la bisexualité. BIsousxxxBI
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Août 2017
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Images Aléatoires

  • pride-bruxelles-580
  • h-3-1098132-1211023789
  • safe5
  • Marie-Claude Lortie
  • logo FBI
  • homosexuels bresil 0

vos contribs, vos dédicaces

france.bisexualite.info@sfr.fr

Cher(e)s amis BIs, Hétéros curieux, gays lesbiennes, trans, trav etc et vous tous quelque soit votre sexualité (dans un cadre légal et entres adultes consentants), soyez les bienvenus . 

Ce blog a été crée pour nous et pour vous. 

Envoyez nous vos articles, vos commentaires, vos contribs, vos dédicaces (photos prises avec un fond d'écran de ce blog). 

Ce blog sera d'autant plus riche que vous y participerez ;)

bisousxxBI fbi.france.bisexualite.info@sfr.fr

 

recherche photographe

Nous recherchons un photographe PROFESSIONNEL et libertin dans le 71, 01, 69 qui accepterait de faire des photos (nues soft, nues érotiques, et nues porno-chic) de vos serviteurs de qualités professionnelles ET à titre gracieux .

france.bisexualite.info@sfr.fr

 

Publicités

L'ensemble des publicités que vous voyez sur ce blog ne sont pas de notre fait et sont présentes non seulement à l'encontre de notre volonté mais aussi sans qu'une demande nous ait été faite . Nous vous présentons nos excuses pour ce désagrément auquel over-blog refuse de changer quelque chose malgré nos demandes .

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés